Logo Site Web  - Destination Archipel Guadeloupe - www.guadeloupe-fr.com
Bandeau publicitaire Primea Hotels Partie gauche Primea Hôtels Partie gauche Hôtel Golf Village

La Trace des Crètes | Patrimoine touristique | Les Saintes | Sentiers et trac..


Newsletter
32 diaporamas
icone facebook 20px x 20px
© photo Philippe GIRAUD
© photo Philippe GIRAUD
© photo Philippe GIRAUD
© photo Philippe GIRAUD
Pour cette balade de 45 minutes environ, vous avez 2 possibilités. Soit partir de la plage de Grande Anse, soit de la plage de Pompierre. En partant de Grande Anse vous arriverez à Pompierre et pourrez vous rafraîchir dans ses eaux calmes et cristallines (pour les amateurs de fonds sous-marins, pensez aux masques et tubas), car il est fortement déconseillé de se baigner à Grande Anse où la mer est très agitée et sujette à de forts courants semblables aux baïnes des plages Landaises. Ne vous aventurez pas sur cette trace sans eau et sans couvre-chef, et sans vous être protégés avec de la crème solaire. Les alizés en vous rafraîchissant vous font oublier qu'aux Antilles le soleil est puissant.

Si il y a une difficulté dans cette balade, c'est trouver le départ de la trace ... Il faut longer le cimetière et tourner à gauche avant la plage. La trace commence le long de la clôture en bois de la dernière habitation. Ensuite il suffit de suivre les taches de peinture blanche sur les cailloux ou les arbres (rouges si vous partez de Pompierre). Le début est un peu difficile car de fortes pluies ont emmené la terre et le sentier est abîmé. Mais rien de périlleux ... Les enfants saintois y crapahutent pieds nus ...

Quelle balade ! Quels paysages ! Quel calme ! Dès les premières minutes de marche, vous êtes déjà suffisamment haut pour admirer derrière vous les rouleaux azur et blanc qui se déroulent sur le sable doré de grande anse, et tout au fond, entre deux mornes: les hauteurs de Grand îlet (réserve naturelle où nichent des centaines d'oiseaux marins : frégates, sternes, fous bruns et pélicans). Et si la visibilité est bonne, encore plus loin : les reliefs de la Dominique.

Quelques minutes plus tard, vue imprenable sur le morne rouge (qui porte bien son nom), le Pain de sucre et Terre-de-Bas. Le contraste entre les eaux de l'Atlantique (plein Est) soulevées par les alizés et le calme des eaux de la mer des Caraïbes (plein Ouest) est saisissant. On comprend mieux pourquoi les bateaux traditionnels de pêche (les saintoises) ont des coques en "V" très accentué , profilées pour passer dans des vagues qui peuvent dépasser le mètre et hyper motorisées pour rejoindre les hauts fonds situés au large de Saint-François (banc des vaisseaux) ou de Marie-Galante (en forme de galette très plate que vous apercevrez sur votre droite tout au long de votre escapade).

Après avoir marché sous un sous-bois de mangliers (un des rares arbres que les chèvres n'apprécient pas), vous longerez ou traverserez , des prés où des cabris s'alignent pour vous observer curieusement, oreilles tendues ... (Ne manquez pas d'observer l'habileté des portails à fermeture "automatique" : constitués de corde, d'une "poulie" et d'un gros caillou). N'ayez crainte des panneaux vous interdisant certains passages à travers prés, et continuez de suivre les traces blanches balisant la trace.

Toujours en montant doucement, le paysage devient plus aride, plus exposé au vent et vous découvrez la baie de Marigot avec au fond le centre ucpa et sur le plus haut des mornes : le Fort Napoléon. Et plus loin, les reliefs de la Basse-Terre avec la soufrière si le ciel est dégagé. Derrière vous : superbe vue plongeante sur Grande-Anse et la piste d'atterrissage ... on comprend qu'il faille avoir une qualification spéciale de pilote pour oser se poser à Terre-de-Haut. La piste est très, très courte ... Toute la végétation a un fort penchant vers l'Ouest. Rien ne freine le vent venu d'Afrique ...

Après une demi heure de marche, vous découvrez la plage de rêve : Pompierre. Encaissée entre deux mornes, eaux calmes (car protégées par un îlet appelé les roches percées) aux bleus turquoises et constellées de bleu marine (herbiers et massifs coralliens se partagent ses fonds), sable blanc et cocotiers ... Vous ne rêvez pas ... A cet endroit la mer est très près de vous sur la gauche comme sur la droite. Le morne est étroit. Sur votre droite, les falaises qui plongent dans une mer déchaînée forment un grand souffleur. Les vagues peuvent être propulsées sur plusieurs mètres de haut. Les cabris qui ne connaissent pas le vertige se promènent avec aisance sur les parois presque verticales des falaises, en quête de jeunes pousses ou simplement entrain pour admirer le paysage.

Et commence la descente vers la plage en contournant un gros rocher sur lequel poussent des cactus cierges ainsi qu'un frangipanier sauvage qui offre un magnifique premier plan de la photo que tout le monde fait de la vue sur Pompierre. Encore quelques minutes de marche sur un sentier étroit et ombragé et vous voilà les pieds dans le sable. Bienvenue à Pompierre ! Et bonne baignade !

Texte : Marie-France et Max Etna - grugeaux.etna@wanadoo.fr